Pourquoi le microbiote est déterminant/notre santé.

Le microbiote est constitué de micro-organismes qui se trouvent dans le système digestif. Il pèse 1,5 à 2 kg, l’équivalent du poids du cerveau et se nourrit de tout ce que vous mangez.

 

Comment protéger sa flore intestinale ?  

Il vous défend contre la maladie et vous protège contre les toxines (métaux lourds.) Il vous donne bon moral, car il favorise la création de sérotonine, l’hormone neurotransmetteur du bonheur.

 

Perturbé, il peut entraîner de nombreuses pathologies car 80% de l’immunité s’y constitue:

fatigue chronique,

insomnies, diarrhée, constipation,

ballonnements, flatulences,

affections cutanées,

prise de poids, obésité,

arthrite, arthrose,

diabète de type 2,

stress, dépression,

maladies infectieuses comme la grippe,

maladies de la peau,

maladie de Crohn,

le rhume,

la gastro-entérite,

voir certains cancers comme le cancer du côlon .

 

 

De nouvelles études viennent de démontrer le lien entre un microbiote défaillant et certaines maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

 

Ces maladies seraient liées à une altération de la barrière épithéliale intestinale. D’autres étudesont même révélé des liens avec l’autisme.

 

Le protéger par une bonne alimentatio n est essentiel, et  une bonne hygiène de vie : en améliorant : sommeil, gérant le stress, en perdant du poids, en pratiquant des activités physiques.

 

Le microbiote de chaque personne est unique. Il est déterminé en partie par le microbiote de votre mère, l’environnement auquel vous êtes exposé à la naissance et en partie par votre alimentation et votre style de vie.

 

Il a donc des conséquences sur tout, de votre métabolisme à votre humeur. Les personnes qui sont malades peuvent avoir trop peu ou trop de bactéries d’un certain type.

 

On pense que certains types de bactéries peuvent protéger contre les anomalies, tandis que d’autres d’augmenter les risques.

 

 

Les principaux  ennemis du microbiote sont : Le sucre : qui provoque une inflammation de notre tube digestif.

 

Les aliments transformés : les conservateurs détruisent la microflore saine et nourrissent les mauvaises bactéries et autres levures.

 

L’eau chlorée : le chlore contenu dans l’eau du robinet permet de tuer les germes nuisibles mais sans faire le tri entre bonnes et mauvaises bactéries.

 

Le stress : il génère une modification de la composition du microbiote,

 

La pollution :

Les métaux lourds : le cuivre ou le zinc (contenus entre autres en quantité importante dans les poissons de la fin de la chaîne alimentaire : saumon, thon),

transforment certaines bonnes bactéries en bactéries pathogènes.

 

Les médicaments tels que les médicaments anti-reflux ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, aspirine) qui abîment le revêtement muqueux de l’intestin,

 

 

Les antibiotiques :

ils attaquent les bactéries quelle que soit leur nature. Ils sont présents partout : dans notre médication mais aussi dans la nourriture que nous consommons (viande et poissons sont chargés en traitements antibiotiques).

 

A contrario certaines huiles essentielles peuvent contribuer à l’améliorer comme ’huile essentielle de cannelle, l’huile essentielle d’arbre à thé, l’huile essentielle de niaouli.

 

L’intestin, siège de nos émotions

Ce n’est en effet pas un hasard si bon nombre d’expressions sur nos émotions ont un rapport avec notre ventre :

« Se faire de la bile » « Etre pris aux tripes » « Avoir la peur au ventre ».

 

L’intestin joue un rôle clé de messager pour le cerveau, l’intestin est au cœur de notre activité : il sait tout de ce que nous avons mangé, il peut sonder les hormones qui se promènent dans notre sang, il connaît l’état de nos cellules immunitaires.

 

A travers le nerf pneumogastrique qui le relie au cerveau, l’intestin bénéficie d’une ligne directe pour envoyer des informations sur son environnement.

 

Il produit en effet les mêmes neuro-médiateurs  que le cerveau:

La sérotonine, hormone de la bonne humeur, est produite à 80% dans l’intestin,

l’acétylcholine, le messager chimique de la , mémoire,

la noradrénaline impliquée dans l’attention, l’apprentissage, les émotions et le sommeil,

le GABA, l’acide gamma-aminobutyrique qui favorise le calme et la relaxation.

 

 

Généralement, une flore intestinale diversifiée est considérée comme saine. Car plus les variétés de bactéries sont nombreuses dans votre intestin, plus vous bénéficiez d’avantages pour votre santé.

Malheureusement, le régime occidental n’est pas très diversifié et il est riche en matières grasses et en sucre.

 

En effet, on estime que 75% de la nourriture mondiale est produite à partir de seulement 12 plantes et 5 espèces animales.

 

Cependant, l’alimentation dans certaines régions rurales est plus diverse et composée de différentes sources végétales.

 

Quelques études ont montré que la diversité du microbiote intestinale est beaucoup plus grande chez les habitants des régions rurales d’Afrique et d’Amérique du Sud que ceux d’Europe ou des États-Unis.

 

Manger des légumes, légumineuses et fruits, sont riches en fibres, qui ne peuvent être digérés que par certaines bactéries est bénéfique pour une flore intestinale en bonne santé.

 

 

Les personnes souffrant de dysbiose intestinale, soit un déséquilibre de la flore, doivent avoir un régime alimentaire adapté.

 

Chaque personne a un microbiote unique. Il est donc souhaitable qu’elle trouve le régime alimentaire qui lui convient le mieux (Cuit/cru ; protéines animales/végétales…) en testant certains aliments.

 

Les bifidobactéries (les amandes et les pistaches etc) sont considérées comme des bactéries bénéfiques, car elles peuvent aider à prévenir l’inflammation intestinale et améliorer la santé intestinale.

 

 

Les aliments fermentés : choucroute, yaourt, kéfir, kombucha, tempeh…sont riches en lactobacilles, un type de bactéries qui peut être bon pour votre santé.

 

Le yaourt nature (pour les personnes non allergiques) améliorerait également la fonction et la composition du microbiote. Ce type de yogourt est composé uniquement de mélanges de lait et de bactéries.

 

En outre, le lait de soja fermenté peut favoriser la croissance de bactéries bénéfiques, telles que la bifidobactéries et les lactobacilles, tout en diminuant les quantités de certaines autres bactéries pathogènes.

 

Mais attention à ne pas en abuser pour les femmes par rapport à son effet sur les hormones.

 

Prendre des aliments prébiotiques  favorise la croissance de microbes bénéfiques dans l’intestin.

Ce sont principalement des fibres ou des glucides complexes qui ne peuvent être digérés par des cellules humaines.

Certaines bactéries les décomposent et les utilisent comme carburant. De nombreux fruits, légumes et céréales complètes contiennent des prébiotiques.

Certains prébiotiques peuvent réduire les taux d’insuline, de triglycérides et de cholestérol chez les personnes obèses.

 

 

Les céréales complètes contiennent beaucoup de fibres et de glucides non digestibles, comme le bêta-glucane.

Ces glucides ne sont pas absorbés dans l’intestin grêle et se dirigent vers le gros intestin.

 

Dans le gros intestin, ils sont décomposés par le microbiote et favorisent la croissance de certaines bactéries bénéfiques en augmentant la sensation de satiété et en réduisant les inflammations et les facteurs de risque de maladie cardiaque.

 

Manger des Les aliments riches en polyphénols végétaux conduits à une réduction des niveaux de bactéries pathogènes chez les personnes obèses, ainsi qu’à une perte de poids, une réduction de l’inflammation et du cholestérol.

 

Les polyphénols sont des composés végétaux qui ont de nombreux avantages pour la santé, notamment la réduction de la pression artérielle, de l’inflammation, du taux de cholestérol et du stress oxydatif :

Le cacao, le vin, la peau de raisin, le thé vert, l’amande, l’oignon, la myrtille, le brocoli sont des aliments riches en polyphénols.…

 

Prenez des suppléments de probiotique. Les probiotiques sont des microorganismes vivants, généralement des bactéries, qui ont des atouts spécifiques pour la santé.

 

Bibliographie :

L’alimentation ou la troisième médecine”de Jean Seignalet et Pr Henri Joyeux

“Et  si je mettais mes intestins au repos?” de Thomas UHL (Auteur), Christophe ANDRÉ (Préface)

Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé”de Jill Enders (Illustrations), Giulia Enders  (Avec la contribution de), Isabelle Liber (Traduction)

“le syndrome entéropsychologique, GAPS (Gut and Psychology Syndrome)”

 

Découvrez mes 27 conseils gratuits pour respirer la santé

48h pour améliorer votre Santé. Retrouver votre vitalité et bien-être

Découvrez les 8 astuces pour renouer avec le sommeil.

Comment gérer son stress en moins de 5 minutes.

Les 12 recommandations alimentaire.

10 min de méditation/jour pour booster votre santé. 

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez de recevoir régulièrement nos communications commerciales: articles, vidéos, newsletters par courrier électronique. Vos données restent 100% confidentielles conformément à notre politique de confidentialité  :  mentions légales /  Désabonnement possible à tout moment  en nous contactant  :  contact /