le jeûne intermittent

Le jeune permet d’obtenir des résultats sur beaucoup de maladie qui sont souvent liées au trop de nourriture qui saturent nos organismes.

 

Provoquant allergies, rhumatismes, maladies auto-immunes, hypertension, diabète, cancers, dégénérescence cérébrale…

 

Ces maladies ont un lien direct ou indirect avec les combinaisons explosives des substances chimiques qu’on avale.

 

Il faut avoir conscience de notre alimentation et aller contre la médecine qui ne peut soigner que par les médicaments et une alimentation quotidienne.

 

Pourtant Jeûner pour guérir est déjà en place en Allemagne où des cliniques du jeûne traitent de nombreuses maladies. En France le jeûne est verrouillé par le corps médical.

Le savoir est universitaire et ce qui en sort doit rester en dehors de la profession.

 

Préparer le jeûne.
D’abord, se sevrer de ses addictions avant de commencer l’expérience : plus de tabac, plus d’alcool, plus de café, plus de petits gâteaux et autres sucreries dans les jours qui précèdent le jeûne.

Ensuite, il peut être bon de commencer à réduire l’alimentation en adoptant pendant quelques jours un régime végétarien ou moins riche qu’à l’habitude.

 

A la découverte du jeûne !

 

  • jeûner affûte les fonctions cognitives 
  • Jeûner améliore les défenses immunitaires
  • Jeûner régénère la peau face à l’acné et à l’eczéma
  • Jeûner ralentit la croissance des tumeurs cancérogènes
  • Jeûner permet de perdre du poids et de mieux contrôler l’appétit
  • Jeûner combat le diabète
  • Jeûner apaise la dépression

 

Trouver la méthode de jeûne qui vous convient

D’abord, il faut vous fixer un objectif réaliste pour tenir dans la durée. Il ne faut pas jeûner de façon radicale sans faire attention aux conséquences sur votre corps.

Vous devez jeûner de façon à pouvoir continuer à vivre, travailler, dormir, et faire du sport normalement. Par conséquent, il faut bien sélectionner les aliments que vous mangerez.

Plutôt que d’attaquer directement avec le jeûne intégral de 5 jours… Il est bien plus logique de commencer doucement par le jeûne intermittent.

C’est un excellent entraînement avant de passer à un jeûne de plus de 72 heures. Le jeûne intermittent n’est pas destiné aux personnes qui souffrent de troubles en rapport à l’alimentation : boulimie, anorexie mentale, etc.

Voici ce que vous pourriez attendre du jeûne intermittent :Perdre du poids : des études ont montré que le jeûne intermittent est aussi efficace que la restriction calorique pour perdre du poids, protéger le cœur, et combattre le diabète de type-2.

 

Le jeûne intermittent permet de manger moins sans trop souffrir de la faim. Réduire l’asthme : les personnes asthmatiques et en surpoids observent que leur asthme diminue grâce au jeûne intermittent.

Pratiquer une activité physique, permet de vous renforcer au lieu de vous affaiblir physiquement. Randonner, faire de la gym ou du yoga pendant le jeûne, vous aurez moins faim.

 

6 Méthodes éprouvées de pratiquer le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent consiste à répéter très régulièrement des séances de jeûne court.

Contrairement aux séances de jeûne total de plusieurs jours, le jeûne intermittent peut être pratiqué en permanence, tout au long de l’année, sans perturber la vie quotidienne.

C’est comme une nouvelle manière de vivre.

Voici 6 manières de pratiquer qui ont fait de nombreux adeptes à travers le monde.

  1. Le jeûne 5/2 : jeûner 2 jours par semaine

Vous manger normalement 5 jours par semaine. Puis 2 jours par semaine non consécutifs, manger uniquement 500 calories. Vous pouvez jeûner par exemple le mardi et le vendredi, où vous prendrez 2 petits repas de 250 calories chacun. Pour vous donner une idée, 2 œufs et une salade vous apportent 250 calories. Un plat de légumes moyennement copieux (sans entrée, fromage, ni dessert), vous ne devriez pas excéder 250 calories.

  1. Le jeûne 16/8 : jeûner 16 heures par jour

Vous mangez pendant environ 8 heures par jour, contre 16 heures de jeûne. Vous couvrez ainsi les 24 heures qu’offre la journée. Dans la plage de 8 heures, vous pouvez caler 2 ou 3 repas. Durant la phase de jeûne, limitez-vous à boire de l’eau, du thé, ou du café. Vous découvrirez qu’ils aident à maîtriser la faim. Durant la phase dédiée à l’alimentation, mangez sainement et en quantités raisonnables – surtout si vous faites peu d’exercice. Si votre alimentation est pauvre en glucides, vous constaterez que le jeûne 16/8 est facile à respecter.

 

  1. La méthode Manger-Stop-Manger : jeûner durant 24 heures une à deux fois par semaine

Vous jeûner complètement un à deux jours par semaine. Cette méthode a été élaborée par Brad Pilon, un spécialiste canadien de la nutrition. Comptez 24 heures d’un repas à l’autre. Jeûner de la fin du dîner ce soir jusqu’au dîner demain soir.Ou du déjeuner au déjeuner du lendemain. Le résultat est le même. Bien entendu, vous ne prendrez pas d’aliments solides, ni d’alcool pendant le jeûne.

N’essayez pas de rattraper le jour de jeûne en mangeant 2 fois plus le lendemain. Essayez de vous contenter d’une portion normale comme si de rien n’était. Malgré ses bienfaits sur la santé, la méthode Manger-Stop-Manger reste difficile à suivre malgré tout – surtout après la 20e heure de jeûne. C’est pourquoi il est conseillé de commencer par le jeûne 16/8, puis d’allonger progressivement la durée du jeûne jusqu’à 24 heures. Et n’oubliez pas de boire ça aide vraiment.

 

  1. Jeûner un jour sur deux

Une fois que vous maîtriserez la méthode Manger-Stop-Manger, vous pouvez accroître la cadence des jeûnes. L’objectif est de parvenir à alterner un jour de jeûne avec un jour normal. Je vous déconseille de commencer directement à jeûner de façon si extrême. Pour rendre la chose plus supportable, certains préconisent de manger jusqu’à 500 calories les jours de jeûne. C’est un bon compromis.

 

  1. Le Régime du Guerrier : jeûner toute la journée, puis prendre un vrai repas le soir

Cette méthode consiste à manger des petites portions de légumes et de fruits crus la journée (20 heures durant)… puis prendre un vrai repas le soir (dans une fenêtre de 4 heures).

Le Régime du Guerrier a été rendu populaire par Ori Hofmekler, un ancien membre des Forces spéciales israéliennes et spécialiste reconnu de la nutrition. Il a analysé en profondeur les réactions du corps humain aux situations de stress extrême (notamment lors d’opérations militaires.)  Il a croisé ses observations avec les recherches existantes sur les habitudes des guerriers ancestraux. Il insiste sur l’importance de consommer des aliments aussi peu cuits et transformés que possible.

 

  1. Le jeûne spontané : sauter un repas quand ça vous arrange

Ne faites pas une fixation sur les 3 repas par jour (ou 4 sur vous prenez un goûter). Votre corps n’a absolument pas besoin de manger toutes les 4 heures. Souvenez-vous que votre corps a en permanence des réserves suffisantes pour survivre environ 3 mois sans nourriture, à condition que vous buviez de l’eau.

 

Lors d’un long trajet en avion, en train ou en voiture, c’est simple et peu contraignant de jeûner (en buvant régulièrement de l’eau)…C’est un excellent moyen d’assainir le corps.

De même, lorsque s’annonce un dîner copieux et bien arrosé, sautez le repas précédent, ainsi que le petit-déjeuner du lendemain. La difficulté est moins importante qu’on peut l’imaginer.

Ou encore, lorsque qu’il est midi mais que vous n’avez pas réellement faim. Ou alors que vous êtes absorbé par la tâche. Ou encore si vous n’avez pas vraiment envie d’aller faire des courses ou de cuisiner. Profitez-en pour sauter un repas.

 

1er élément indispensable pour réussir : la bouteille d’eau

Boire une gorgée dès que la faim se fait sentir. Lors d’un jeûne intermittent, la faim n’est pas omniprésente. C’est un peu comme l’envie de dormir qui se fait sentir à intervalle régulier de 90 minutes. Si l’on tient bon en essayant de rester éveillé, on repart pour un nouveau cycle d’éveil, où l’envie de dormir ne se fait plus sentir. De même pour la faim. Si on l’ignore quand elle nous taraude, la faim finit par s’en aller pour quelques heures. On est alors libre de penser à autre chose.

2e élément indispensable pour réussir : l’alimentation de qualité

Le jeûne spontané n’est pas une excuse pour la malbouffe spontanée. Dès que vous avez le choix, efforcez-vous de manger sain. C’est la qualité de l’alimentation qui compte. Ceci est valable pour toutes les variations du jeûne intermittent.

 

3e Faire de l’exercice.

Pour accompagner l’élimination, l’activité physique est nécessaire. Les cliniques ou sanatoriums proposent des massages, des promenades, des exercices physiques collectifs, etc.

 

4e Bien sortir du jeûne.

De même qu’une préparation est nécessaire, il est bon de prévoir une sortie de cure. Pour cela, prévoir une supplémentation en vitamines avec son médecin peut être utile (bien que ce ne soit pas indispensable). Maintenir de bonnes habitudes alimentaires permettra aussi de faire

 

 

 

Y a-t-il des contre-indications ?

Il y a bien sûr des contre-indications au jeûne mais elles sont peu nombreuses. Une  “pause médicaments” est souhaitable si votre traitement est léger. Il ne faut bien sûr pas interrompre les traitements lourds, parlez-en dans ce cas à votre médecin.

 

Thomas Uhl dans son livre Et si je mettais mes intestins au repos ?
La seule chose que vous devez faire, c’est calculer votre IMC, qui est l’Indice de masse corporelle. Voici comment vous devez procéder : Divisez votre poids par votre taille, en mètres, au carré. Par exemple : je mesure 1,75m et je pèse 82 kilos.

Je divise donc 82 par 3,06 (c’est à dire 1,75m au carré) et j’obtiens 26,77.

C’est mon IMC. Si :

  • vous êtes un homme et que votre IMC est inférieur à 18 ;
  • vous êtes une femme et que votre IMC est inférieur à 16 :

Alors vos réserves de graisse sont insuffisantes pour entreprendre un jeûne. Pour tous les autres, quel que soit votre âge et votre condition physique, il n’y a absolument aucun problème

Pour les personnes qui souffrent d’allergies et de maladies auto-immunes, le jeûne ne permet pas de soigner s’il n’y a pas une modification des habitudes alimentaires.

 

Bibliographie:

Équilibre, Les problèmes de poids, L’image corporelle. Page consultée en ligne :  http://www.equilibre.ca/approche-et-problematique/les-problemes-de-poids/l-image-corporelle/

 

L’alimentation ou la troisième médecine”de Jean Seignalet et Pr Henri Joyeux

 

“Et  si je mettais mes intestins au repos?” de Thomas UHL (Auteur), Christophe ANDRÉ (Préface)

 

Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé”de Jill Enders (Illustrations), Giulia Enders  (Avec la contribution de), Isabelle Liber (Traduction)

 

“le syndrome entéropsychologique, GAPS (Gut and Psychology Syndrome)”

Découvrez mes 27 conseils gratuits pour respirer la santé

48h pour améliorer votre Santé. Retrouver votre vitalité et bien-être

Découvrez les 8 astuces pour renouer avec le sommeil.

Comment gérer son stress en moins de 5 minutes.

Les 12 recommandations alimentaire.

10 min de méditation/jour pour booster votre santé. 

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez de recevoir régulièrement nos communications commerciales: articles, vidéos, newsletters par courrier électronique. Vos données restent 100% confidentielles conformément à notre politique de confidentialité  :  mentions légales /  Désabonnement possible à tout moment  en nous contactant  :  contact /