Comment la bonne humeur est bon pour la santé

Être de bonne humeur : Quoi de plus agréable pour les autres, de chercher à tout prix la bonne humeur ? Pour le Pr Lejoyeux,

La bonne humeur est « un état de santé et d’harmonie globale du corps comme de l’esprit. »

 

Il nous le répète, la science valide que la joie de vivre est indispensable au bon fonctionnement du corps et de l’esprit.

 

Elle agit sur : le corps , l’image de soi, l’image que les autres ont de nous, l’impression d’avoir réussi sa vie, le cycle du désir, la créativité, l’énergie, la réussite, l’intérêt pour l’instant présent.

 

Ce n’est pas rien !

La bonne humeur est véritablement indispensable à notre santé.

Si l’on prend simplement l’action de la bonne humeur sur notre corps, les études montrent qu’elle : permet de résister aux infections, augmente l’espérance de vie,

fait baisser le taux de sucre dans le sang et le risque de diabète, diminue la tension artérielle, augmente les chances de guérison lors de maladie.

 

Et je ne vous parle pas des effets bénéfiques dans votre vie : vie de famille, vie de couple, relations amicales.

 

Avec un cerveau de bonne humeur, votre vie prend une tournure simple, agréable et harmonieuse. La bonne humeur vous donne des idées pour sortir, faire des surprises, mener vos projets et vous aide à les réaliser.

 

 

La fabrique des anti-dépresseurs, c’est notre cerveau.

 

Les scientifiques nous le disent désormais. Le cerveau est plastique, nous pouvons le modifier pour aller dans le sens de notre santé. Il est possible de « muscler ses émotions et de mobiliser les hormones de la bonne humeur ».

 

Pour avoir un cerveau qui nous donne toute cette énergie, il faut l’aider à produire de la  :
• Dopamine pour nous aider à changer, bouger, innover,

• Sérotonine qui rend heureux et fait chuter l’angoisse,

• des endorphines pour le plaisir et atténuer les douleurs.

 

Les résolutions pour la nouvelle année : Prendre soin de l’un, c’est aussi prendre soin de l’autre.

La vitamine de la bonne humeur :

 

La vitamine D nous est procurée par les aliments, mais également par le soleil et les effets des rayons ultraviolets sur notre peau. Or, en hiver, notre corps est moins exposé au soleil.

 

Il ne reste guère, entre le bonnet et le manteau, que le front pour récolter cette précieuse vitamine. Notre besoin en vitamine D est important et nos stocks s’épuisent.

 

La carence en vitamine D est très fréquente et atteint à la fois le corps et l’esprit. 49% des femmes et 36% des hommes auraient besoin de plus de vitamine D pour garder la santé en hiver.

 

Pour compenser cette carence, vous pouvez consommer des aliments riches en vitamine D, à la tête desquels on retrouve : les maquereaux et sardines à l’huile, les œufs, les rognons, le foie.

 

Des antidépresseurs naturels : Pourquoi prendre des médicaments quand notre corps lui-même peut pallier nos besoins ?

L’importance de l’intestin et du microbiote

est mise en avant par les scientifiques qui en savent un peu plus chaque jour sur les liens entre aliments, intestins et émotions.

 

La molécule-clef de la bonne humeur est la sérotonine, antidépresseur naturel. Suivant les aliments ingérés, les microorganismes de notre microbiote vont produire plus ou moins de cette hormone.

 

Elle passe ensuite dans le cerveau et se fixe sur les récepteurs qui contrôlent l’humeur. Si le taux de sérotonine chute, c’est notre moral qui se retrouve dans les chaussettes.

Il entraîne avec lui un manque d’enthousiasme et une perte d’énergie.

 

Une carence en sérotonine entraîne des troubles sur le moral et, par effet domino, sur le comportement : désinhibition, agressivité, rapport à la douleur modifié, impulsivité, pessimisme, irritabilité, sentiment de solitude et d’inutilité, etc.

 

Les aliments pour booster sa sérotonine

Pour booster son taux de sérotonine, il faut miser le tryptophane, un acide aminé essentiel qui est naturellement transformé en sérotonine (et également en mélatonine, hormone du sommeil).

On trouve le tryptophane directement dans certains aliments, bien qu’il soit rare et en petite quantité. Voici des mets à privilégier si votre taux de sérotonine est bas.

 

Côté mer, cap sur la morue salée, les œufs de poisson, la seiche, le thon, le poulpe, l’araignée de mer, les anchois, ou même le caviar si c’est jour de fête !

 

Jetez-vous sur des graines rôties de courge, soja, sésame, et tournesol. Vous êtes plutôt team fromage : foncez sur le parmesan, la mozzarella, le gruyère,

 

l’emmental, le gouda, l’edam, le port-salut, le brie, le fromage de chèvre… vous avez l’embarras du choix !

 

Pour les carnivores, on privilégie le lapin, le sanglier, le veau, la dinde et le poulet rôtis, ou encore l’agneau. Les végétariens préféreront les légumineuses : pois cassés, lentilles, haricots secs.

Quant à l’avoine, la banane et les œufs, ils favorisent la production de tryptophane. Il existe également des compléments alimentaires riches en tryptophane, qui vont donc aider à booster le taux de sérotonine.

 

Pour faciliter la circulation du tryptophane présent dans l’organisme vers le cerveau, il est conseillé de pratiquer une activité physique.

En effet, d’éviter de consommer de la viande ou des produits laitiers le soir, et de privilégier les glucides lents.

 

Enfin, l’exposition à la lumière du jour aide aussi à synthétiser la sérotonine, donc n’hésitez pas à prendre votre pause déjeuner en extérieur si les températures le permettent !

Notamment en période hivernale où l’on a tendance à moins voir le soleil.

 

L’objectif est donc de stimuler son microbiote et la fabrication de la sérotonine avec des aliments anti-déprime : en tête de liste se trouvent les cornichons, les pickles et la choucroute !

 

Évidemment des légumes fermentés, légumes, légumineuses et fruits,

 

Se recharger en émotions positives. Une étude du Pays-Bas a montré les bienfaits de l’activité physique sur le moral. Et voici le résultat : en hiver, plus on bouge, moins on est fatigué !

 

Pour être en forme en hiver, il est conseillé de : marcher tous les jours, faire des séances d’exercices d’une heure au moins 3 fois par semaine.

 

Ne pas faire la sieste plus de 30 min.

Se réveiller en semaine avant 8 heures. Les bienfaits de l’exercice physique sont bien réels et pas du tout négligeables pour notre santé.

 

Il diminue l’adrénaline, l’hormone du stress,

augmente les endorphines (morphines naturelles), entraîne le cœur et les vaisseaux, recharge en émotions positives dès les six premières minutes d’exercice.

 

C’est pour cela que les cardiologues préconisent 6 minutes de marche rapide tous les jours, ce qui revient à : 30% d’émotions positives en plus, Oui même pour les personnes ne pratiquant habituellement aucune activité physique.

 

Bibliographie:

L’alimentation ou la troisième médecine”de Jean Seignalet et Pr Henri Joyeux

“Et  si je mettais mes intestins au repos?” de Thomas UHL (Auteur), Christophe ANDRÉ (Préface)

Méditer, jour après jour : 25 leçons pour vivre en pleine conscience” de Christophe André.

Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé”de Jill Enders (Illustrations), Giulia Enders  (Avec la contribution de), Isabelle Liber (Traduction)

 

 

48h pour retrouver vitalité et bien-être pour respirer la Santé.

Améliorer votre longévité en mangeant moins et en bougeant +

Découvrez les 8 astuces pour renouer avec le sommeil

Comment gérer son stress en moins de 5 minutes

10 min de méditation/jour pour booster votre santé 

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez de recevoir régulièrement nos communications commerciales: articles, vidéos, newsletters par courrier électronique. Vos données restent 100% confidentielles conformément à notre politique de confidentialité  :  mentions légales /  Désabonnement possible à tout moment  en nous contactant  :  contact /